La violence du texte romanesque

Henri Coulet

Résumé


Que la violence représentée dans un roman soit physique (la victime est enlevée, séquestrée, torturée, violée, assassinée ...) ou morale (on menace la victime, on l'injurie, ou on garde avec elle un silence accablant, on la séduit pour se dérober ensuite, on excite sa jalousie, on lui impose un mariage ou on la contraint d'y renoncer, on la force à prononcer des voeux ...), il est sûr que le lecteur partage d'une certaine façon la souffrance, l'angoisse et le désespoir exprimés ou impliqués dans le texte, il est non moins sûr qu'il n'est pas lui-même directement l'objet de ces violences, et qu'il le sait. La critique récente a étudié la fonction du lecteur, soit pour la réduire à l'extrême et analyser la façon dont le texte « fonctionne » indépendamment du lecteur et même de l'auteur, soit pour l'exalter au point de prétendre que le texte existe seulement par les lectures qui en sont faites ; et l'on a distingué « des lecteurs virtuels, des lecteurs idéaux, des lecteurs modèles, des superlecteurs, des lecteurs projetés, des lecteurs informés, des archilecteurs, des lecteurs implicites, des métalecteurs, etc. ».

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.
';



SATOR, Société d'Analyse de la TOpique Romanesque