La rencontre avec les personnages de roman : des Éthiopiques au Roman comique

  • Françoise Letoublon

Résumé

@font-face { font-family: "Cambria Math"; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: "Times New Roman"; }p.MsoFootnoteText, li.MsoFootnoteText, div.MsoFootnoteText { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 10pt; font-family: "Times New Roman"; }span.MsoFootnoteReference { vertical-align: super; }span.FootnoteTextChar { }.MsoChpDefault { font-size: 10pt; }div.WordSection1 { }

Le point de départ de ce travail se trouve dans la rencontre de la SATOR sur les incipit romanesques organisée à Montpellier en 1990, pour laquelle j'avais travaillé sur les débuts des cinq romans grecs conservés à peu près en entier, et dans le livre publié en 1992[1]. Le roman commence « normalement » par la rencontre entre les protagonistes, les

deux jeunes héros de l'aventure amoureuse qui va être racontée ; c'est le cas des Ephésiaques, de Chairéas et Callirhoé, et même de Daphnis et Chloé, avec dans ce cas, une variation sur la rivalité entre peinture et littérature dans le prologue, la trouvaille des deux enfants à deux années de distance et leur enfance commune. Leucippé et Clitophon constitue par rapport à cette topique une exception, par la rencontre entre un narrateur

que l'on peut qualifier de provisoire et un personnage, devant un tableau représentant une aventure d'amour : c'est ce personnage qui va être amené à raconter à la première personne son aventure amoureuse et sa propre rencontre avec l'héroïne, Leucippé, puis les nombreuses péripéties de leurs aventures. Mais l'exception la plus célèbre par son début in medias res (suivant le modèle de l'Odyssée) est dans Les Éthiopiques d'Héliodore. À ma connaissance, la parodie de l'incipit d'Héliodore par Le Roman comique de Scarron n'a pas été remarquée, et c'est sur ce point que je voudrais attirer l'attention.

[1] Françoise Létoublon, Les Lieux communs du roman. Stéréotypes grecs d'aventures et

d'amour, Leiden, Brill, 1992.

Publié-e
2016-08-18