Le Corps ivre dans la fiction romanesque hispanique du Moyen Âge aux Lumières

Résumé

Le vin est lié à la culture espagnole depuis le temps des Romains et de la première chrétienté. En Espagne, terre de vignes dès l’Antiquité, la représentation du corps ivre dans la littérature et la peinture est un topos omniprésent depuis le Moyen Âge. Les pour et les contre parcourent textes médicaux, philosophiques, moraux, religieux mais surtout romanesques, qui mettent en garde contre l’excès. Cet article étudie comment les peintres et écrivains espagnols déclinent l’imaginaire du vin sous toutes ses formes, masculines ou féminines, solaires ou crépusculaires, enthousiastes ou assoupies, dans leurs réflexions, dans leurs dessins et tableaux, dans les poèmes ou leurs romans pour transmettre la transformation idéologique qui va se produire en Espagne autour de cette boisson. Car seul l’artiste paraît préserver la tradition de l’origine divine du vin, réclamant son rôle thaumaturgique grâce au nectar bachique. Hommes et femmes espagnols souffrent ou bénéficient ainsi des vertus du vin, la principale boisson alcoolisée en Espagne jusqu’au XXIe siècle.

Mots-clefs

Littérature

peinture

topoï

Espagne

corps

vin

ivresse

ébriété 

Références

Anonyme, Lazarillo de Tormes (1554), version digitale de wikisource consultée le 20 septembre 2017 : https://es.wikisource.org/wiki/El_Lazarillo_de_Tormes.

BARRA JOVER, M., “Razón de amor”. Texte critique et composition, dans Revista de Literatura Medieval, I (1989) ; p. 123-53, vv. 239-42.

CERVANTES, Miguel de, Don Quijote de la Mancha, IIe Partie, chap. 51. https://cvc.cervantes.es/literatura/clasicos/quijote/edicion/parte2/cap51/cap51_03.htm. Consulté le 10 août 2017.

FEIJOO, Jerónimo Benito, Teatro crítico universal, (1726-1740), Madrid, Joaquín Ibarra, rééd. 1775, t. I.

IGLESIAS DE LA CASA, José, « Anacreóntica X », Poesías póstumas 1793-1798, dans Leopoldo Augusto DE CUETO (ed.), Biblioteca de autores españoles, t. I, « Poetas líricos del siglo XVIII », Madrid, Rivadeneyra impr., 1869.

ISAMBERT, DECRUSY, JOURDAN, TAILLANDIER, Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la révolution de 1789, 1514-1746, t. XII, Paris, Chez Belin-Le-Prieur Paris, 1822-23.

MEÏR ZABARA, Joseph ben (Juif catalan de fin du XIIe siècle), trad. anglaise par Israel Abrahams, The Book of Delight, 1912 : www.gutenberg.org/ebooks/9886. Consulté pour la dernière fois le 13 septembre 2018.

ROJAS, Fernando de, Tragicomedia de Calixto y Melibea (1499), éd. digitale consultée le 20 septembre 2017: https://es.wikisource.org/wiki/La_Celestina.

RUIZ, Juan, Archiprêtre de Hita, Libro de Buen Amor (1330), Madrid, Espasa-Calpe, 1974 [J. Joset (ed.)].

MÜLLER, M. J., Sitzunsberichte der königlich Bayerischen Akademie der Wissenschaften, Munich, 1860.

Publié-e
2021-08-17